Le Projet Monarch, les bases du Projet Égrégore

Mettre au jour le modus operandi du Projet Égrégore, c’est sur pencher sur la part d’ombre de l’héritage du Projet Monarch.

Monarch et son efficacité absolument remarquable ne reposent pas sur l’usage d’une technique mais bien d’une combinaison de techniques différentes : tortures physiques, abus sexuels, électrochocs, usages de drogues, imageries subliminales ou invasives, utilisation d’ondes à basses fréquences et de champs électromagnétiques, magie noire etc. L’utilisation d’implants est également un thème récurrent dans le dossier Monarch. A titre d’anecdote, il est étrange de constater que la société Mandex International, fabricante de la technologie employée par le système de cartes de crédit Master Card a mis en place un nouveau projet d’implant universel avec la société VeryChips : le logo de ce nouveau projet d’implant est justement un grand papillon bleu de l’espèce monarque. Pour en revenir aux techniques employées, certaines remonteraient selon plusieurs auteurs à l’Égypte ancienne et à Babylone (par exemple, l’usage d’anguilles électriques pour électrocuter les victimes des rituels en Égypte). Le but recherché — il convient de le souligner — est de créer justement des personnalités multiples, des « alter » qui seront programmés pour remplir des tâches et des missions spécifiques, missions qui, une fois remplies, seront aussitôt oubliées et cachées derrière un voile d’amnésie. L’usage de la violence et de la torture est capitale : « chaque trauma et chaque torture servent un but précis. Pour générer des alter (parties dissociées de l’esprit), au pire le trauma est, au plus efficace sera le mur d’amnésie. Autant les programmeurs ont passé un si grand nombre d’années à se surpasser les uns les autres pour créer les pires traumatismes du monde, autant ils ont pu programmer efficacement les gens » souligne à ce sujet Fritz Springmeier. En définitive, un bon sujet Monarch est une sorte de coquille vide, une enveloppe sans locataire particulier que les programmeurs auront remplie avec les schémas, les personnalités, les scénarii et les comportements en adéquation avec les missions qui leur sont dévolues. Le mythe du Golem en quelque sorte.

Auteur inconnu

Cette mise en exergue du Projet Monarch permet de mieux comprendre les voies qu’ont arpentées les scientifiques du  Projet Égrégore.

Pour ceux qui sont familiers du sujet des abductions, le phénomène des enfants et des adultes victimes d’opérations de contrôle du comportement fondé sur le trauma comporte de nombreux points communs avec l’affaire des enlèvements extraterrestres. On se trouve face à des événements qui échappent à toute analyse rationnelle, à toute normalité. Il est également normal d’être totalement perplexe, voire plus que sceptique face aux récits de ces victimes et c’est le nombre, l’étendue, la complexité et en quelque sorte la permanence, la constance de ces phénomènes qui nous obligent à y jeter un œil moins incrédule et plus analytique.

Awake

Il y a rien qu’aux États-Unis un nombre croissant de victimes d’enlèvements extraterrestres (3,7 millions d’Américains adultes présentaient les critères comme significatif d’un enlèvement extraterrestre selon un sondage de l’institut Roper dans “Enquête sur les enlèvements extraterrestres” de Marie Thérèse de Brosses, Plon), à savoir de personnes affirmant avoir été enlevées par des entités extraterrestres pour faire le plus souvent l’objet d’expériences de type médical.

Quant à la problématique du trauma, 1 personne sur 4 a vécu un événement traumatique grave selon une étude de l’OMS, l’organisation mondiale de la santé. Par grave, on entend un événement mettant en contact la personne avec la perspective de son décès, un choc violent à même de provoquer des désordres de la personnalité proche du MPD.

Pour entrer plus précisément dans le problème des victimes d’abus rituels et de contrôle mental (Mind Control en anglais), il est très difficile de trouver des chiffres valables, voire des estimations car le propre de ces événements traumatiques est de générer des amnésies complètes ou partielles chez les victimes ainsi que le secret et des démentis au niveau des institutions.

Par conséquent, il est pratiquement impossible d’obtenir des statistiques fiables sur les enfants mais également les adultes victimes d’abus rituels et de contrôle mental, des pratiques qu’il convient de ne pas confondre avec les chiffres relatifs à la pédophilie en général, à la pornographie enfantine et aux abus incestueux qui doivent être perçus comme un mouvement plus global même si une fois de plus, toutes ces réalités se recouvrent. Fritz Springmeier, un chercheur spécialisé dans le dossier Monarch a avancé dans un de ses ouvrages qu’il y aurait une estimation d’environ 2 millions d’Américains victimes du programme Monarch de contrôle mental basé sur l’utilisation du trauma.

Awake

Après les statistiques, les questions qui se posent sont de savoir ce qu’est Monarch et si Monarch existe au moins sous ce nom dans les archives de la CIA ou de la NSA. Selon les victimes de ce projet, Monarch, nous le verrons en détail plus loin, regroupe une large panoplie de techniques parfois très sophistiquées de contrôle de l’esprit et du comportement visant à générer par le trauma le syndrome de personnalités multiples auprès des victimes, des techniques mélangées souvent avec des rituels sataniques ou païens.

Le but de ces techniques : les différentes personnalités créées par le trauma et la torture serviront différentes missions comme l’assassinat, le trafic de drogue (très important, nous le verrons aussi), la prostitution (victimes prostituées connues sous l’appellation de “modèle présidentiel”), l’espionnage, etc. Le conditionnement et la programmation s’exercent sur la victime dès la naissance, parfois même lorsque l’enfant à venir est encore dans l’utérus de la mère, souvent une mère porteuse. Tous ces abus se passent dans le cadre de réseaux impliquant des militaires, des gens du renseignement, des policiers, des magistrats, des familles très riches et puissantes où les abus sont héréditaires. On parlera alors de “lignées sanguines”.

Awake

Pour vous immergez dans le Projet Monarch, lisez l’article Les Mystères du Projet Monarch.

Si vis pacem, para bellum

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.