Égrégore, scenarii et trames adaptatives

Après m’être heurté à la rédaction de scenarii à destination de futurs Narrateurs, j’ai dû me rendre à l’évidence : l’exercice est plutôt ardu, périlleux même pour moi. En effet comment ne pas être trop dirigiste tout en gardant un maximum de cohérence ? Comment rester clair et compréhensible sans se perdre en route ?

Alors je me suis mis en quête de techniques de rédaction, de nouvelles formes de structures scénaristiques et je suis finalement tombé sur 2 articles fort intéressants :

 

Certes ces 2 articles datent un peu… mais leur propos m’a ouvert les yeux sur une autre manière non pas de concevoir mais, plutôt, de restituer différemment les tenants et les aboutissants d’une histoire, d’un scénario. Effectivement le travail du Narrateur s’en trouve peut-être un poil compliqué — en même temps, s’il s’agit d’un Narrateur aguerri, j’en doute. Mais une chose est sûr : les liens entre les différents composants du scénario ne sont plus fixés à l’avance mais sont laissés à la libre interprétation du Narrateur et des Joueurs.

Ce postulat est séduisant mais ne doit pas passer pour de la paresse par rapport à la rédaction plus classique d’un scénario.

Les points forts que je retire d’un scénario à trame adaptative sont les suivants :

  • Une écriture plus modulaire laissant libre cours aux associations d’idées les plus diverses de la part du Narrateur mais aussi des Joueurs
  • Une production plus importante de fac-similés plus immersifs pour les Joueurs
  • Des scénarios moins dirigistes (en apparence tout au moins vu le thème d’Égrégore)
  • Un travail intellectuel plus stimulant

 

Et vous, quel est votre ressenti ? Votre manière d’écrire les scenarii ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.