Sur le fil de la lame

—[ Feuillets retrouvés près du corps sans vie de Roland Harding ]—

Roland K. Harding, 548 Hood Avenue, San Diego, CA 92128
14 octobre 1966 (47 ans), chercheur en embryologie

—[ Feuillet 1 ]—

“Il est d’amères blessures qui jamais ne cicatrisent et toujours suppure le sang noir et nauséabond du vice. Suivre cette trace et remonter à l’origine de cette faille est chose pénible à écrire, mais bien plus pénible encore à effectuer.

Douloureux voyage initiatique à entreprendre… connais-toi toi-même… toujours aller de l’avant, vers cette entaille, régresser dans le temps, parcourir l’avenir à reculons. Chaque pas m’approchant de l’abîme dans lequel mon âme a basculé, y plonger et cueillir la fleur sombre du sacrifice au travers duquel il faudra renaître… errer de loin en loin pour reconquérir cette entité évanescente que l’on nomme conscience. Gravir à rebours ce gouffre qui plonge droit au cœur de l’enfer, reflet chthonien du paradis… puis apercevoir au loin la barque de Caron, sur le bord du rivage. Lui offrir le prix du passage — la vie — pour qu’il me dépose sur cette île sombre que dominent les fiers cyprès de la déchéance. Là, échanger son savoir avec les habitants des Limbes et partager le breuvage douloureux du Léthé… l’oubli n’est qu’une éternité de rédemption et de quiétude.”

—[ Feuillet 2 ]—

“Interrompant l’hébétude de l’ivresse, une porte s’ouvre devant moi dans la muraille, un rai de lumière vient baigner ma face. Une silhouette au port familier se tient dans l’ouverture, à contrejour… Aghône, mon double spirituel, que la schizophrénie a cadenassé dans un univers intangible. Il me présente ses mains tachées de pourpre poisseux… il porte les stigmates ! S’avançant vers moi, ses lèvres se posent sur les miennes. Ma sérénité reflue, laissant le champs à une peur viscérale…

Ferme les yeux…

Du sang sur mes mains et mon regard se dirige là où était sensée se trouver la porte… disparue. Je suis seul et une piste sanguinolente s’étend devant moi. La suivre ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.